Comment retrouver des marges de manoeuvre dans l’ingénierie territoriale en milieu rural ?

D’une mobilisation locale à une start-up de territoire.

2020
6 min de lecture

par Pierre-François Bernard

ecce terra - start-up de territoire

Crédit : Abstracte compositie, Stanley William Hayter, Rijksmuseum, domaine public

Extraits d’un livre auto-édité par le collectif Start-Up de Territoire, écrit par Sophie Keller, Christophe Chevalier et Pierre-François Bernard. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur startupdeterritoire.fr.

« Cette ambition se résume en une question simple : comment créer de nouveaux chemins, les nouveaux lieux ou confiance et espérance peuvent interagir pour construire une alternative à l’effondrement violent que chacun croit percevoir. » La Fulgurante récréation, Pierre Giorgini

« […] nous savons que jamais nous ne sortirons de cette impasse sans impulser une dynamique innovante à l’échelle, sans une mobilisation large et opérante de citoyens, d’acteurs économiques et représentants des pouvoirs publics […]. » L’économie qu’on aime, Sophie Keller, Romain Slitine, Amandine Barthélémy

« J’appelle beauté encore le procès que le cœur intente à l’intelligence froide, aux stratégies du repli […]. » Politique de la beauté, Jean-Pierre Siméon

Avant-propos

L’ambition de cette ouvrage est bien, dans un premier temps, de partager avec vous l’histoire de chaque territoire pionnier de la dynamique Start-Up de Territoire et, pour commencer, celle si emblématique de Romans. Puis, de prendre du recul sur l’expérience vécue pour rendre compte des convictions, des premiers résultats, des étapes et des perspectives de Start-Up de Territoire afin que chacun de nous puisse en être acteur demain.

La dynamique Start-Up de Territoire a été impulsée par un collectif de 6 territoires fondateurs. Sa richesse provient des différentes typologies de territoires (urbains, ruraux, en mutation, etc.) qui la composent. Mais elle vient aussi de la diversité des leaders qui la composent sur chacun de ces territoires (PTCE, fabriques à initiatives, cluster de création d’activités, coopérative agricole, association de développement du territoire, club de chefs d’entreprises, etc.). Nous partageons les mêmes convictions et le même désir d’innover au service de la création d’activités et d’emplois dans nos territoires.

Préface de Philippe Bertrand

À l’issue de 12 années des Carnets de campagne sur France Inter, j’aurais pu craindre d’être gagné par la lassitude. L’exercice radiophonique est en général de courte durée et il se résume à quelques saisons de diffusion avant d’attaquer un nouveau terrain d’investigation. Ou, pour parler simplement, avant de proposer un nouveau synopsis d’émission. L’esprit de carrière. Hélas, ou fort heureusement, c’est le contraire qui a décidé de la poursuite de cette modeste aventure.

Plusieurs raisons à cela : les causes modestes sont celles qui recèlent le plus d’intelligence. Ensuite, les impasses que provoquent les grandes politiques publiques ne laissent pas beaucoup de choix. Soit on courbe l’échine en prétextant que le sort est jeté, soit on relève le col en décidant que les obstacles sont surmontables et que le défi vaut le coup d’être défendu jusqu’au bout. Enfin, notre pays regorge d’alternatives prisent en charge par les habitants eux-mêmes.

On les appelle « citoyens » et parfois « consommacteurs ». Plus généralement, ils sont les représentants d’une société civile. Qui sont-ils ? Ils sont des particuliers comme vous et moi, agacés par les instances gouvernementales, qui naviguent à vue ou au profit d’une ligne économique lucrative classique. Ils sont aussi des entrepreneurs soucieux de leurs contemporains et des territoires où ils implantent leurs activités.

Plusieurs conditions adviennent au profit des actions et activités engagées par les uns ou les unes et les autres : il n’y a pas de fatalité. Aucun lieu de vie ne mérite un abandon ou une relégation qui le condamnerait à la dépendance d’un découpage administratif insolent. Ensuite, c’est collectivement, ensemble, qu’il est possible de conjurer le sort. Enfin, une économie locale demeure une économie en tant que telle et elle n’est surtout pas une réparation du coup par coup, là où la « grand économie » et les opérateurs publics n’ont plus de réponses à apporter.

Une Start-Up de Territoire ?

Dans le cadre d’alternatives économiques, il peut paraître étonnant, voire choquant pour certains, d’entendre parler de « start-up » de territoires, alors même que l’on prône les émergences locales de micro-entreprises et de solutions innovantes très localisées. Loin de la conception keynésienne de l’économie, la start-up n’est pas ici une poussée spontanée d’entreprises lucratives.

L’économie sociale et solidaire prend son grand rival mondialisé au pied de la lettre en affirmant qu’elle aussi est capable de rivaliser d’ingéniosité, sans pour autant faire appel à des fonds de pension mondialisés et, de fait, virtuels. Elle avance simplement que les hommes et les femmes qui s’investissent sur leur lieu de vie et de travail peuvent devenir plus forts et plus résistants en unissant leurs efforts.

C’est aussi simple que cela : ce que nous ne parvenons pas à réaliser seuls, nous le réaliserons ensemble. Cela revient à transformer une opération mathématique, à passer de l’addition à la multiplication. L’addition d’initiatives qui ne sera qu’une somme informelle, bonne à entrer dans les annales de comptables, contre la multiplication, qui, au contraire, assurer une interdépendance qui se traduit par la mutualisation, la coopération et la participation de tous à un même objectif.

La grande différence entre les deux réside en l’absence de concurrence et en la prééminence de la co-participation. L’avenir est là et ce n’est pas un vain mot.

Introduction

[…]

Nous vous proposons de mettre vos capacités d’indignation au service de l’action et de la construction de solutions ingénieuses, souples, créatives, efficaces et transposables. Soyez acteurs avec nous d’une dynamique audacieuse, joyeuse, ambitieuse, enthousiaste, où chacun de nous devient indispensable pour construire les solutions dont nous avons tant besoin dans nos territoires et qui créent de l’emploi pour tous.

Cette aventure a débuté ensemble à Romans-sur-Isère, dans la Drôme, elle s’est poursuivie à Lons-le-Saunier, Strasbourg, Figeac, Lille et Bordeaux. Dans chaque territoire, elle est impulsée et animée par un acteur différent. Une coopérative agricole, un club d’entrepreneurs, une entreprise d’insertion, une fabrique à initiatives, un pôle territorial de coopération économique, un laboratoire des partenariats, un cluster, etc. Des acteurs certes très différents mais qui portent en eux un attachement à leur territoire, une envie farouche de concilier entrepreneuriat, aventure collective et intérêt commun.

Nous témoignons aujourd’hui d’un véritable engouement citoyen pour la dynamique. Dans les six territoires, des milliers de personnes se sont mobilisées et des centaines d’emplois utiles sont en gestation. Après déjà trois ans d’expérience, nous avons ressenti le besoin d’écrire sur cette aventure, de témoigner de cette expérience en cours, bien incomplète, et qui pourtant nous dépasse déjà.

Maintenant, nous voulons aller plus loin pour faire en sorte que plus de 100 territoires, demain, portent cette dynamique en France. Rejoignez la dynamique Start-Up de Territoire, rejoignez-nous, reprenez votre pouvoir d’agir, nos territoires ont besoin de chacun de nous.

Sophie Keller, Christophe Chevalier, Pierre-François Bernard

Résumé

Trop souvent, nous avons une forte capacité d’acceptation face à des situations révoltantes de notre quotidien. Nous sous-estimons notre potentiel à créer des solutions pour un monde meilleur. Face à l’urgence d’agir pour l’avenir, nous voulons réhabiliter le droit de rêver pour chacun et le pouvoir d’agir ensemble. Start-Up de Territoire est une dynamique citoyenne et entrepreneuriale qui engage chacun de nous dans la création de solutions nouvelles dont nous avons besoin face aux défis qui nous touchent tant, au cœur de nos vies et de nos territoires !

Le potentiel est immense et nous expérimentons tous les jours que cette forme nouvelle d’entrepreneuriat « change nos vies là où l’on vit et tisse l’avenir qui nous engage tous ». Elle offre à chacun les moyens d’agir pour son territoire, avec ambition, audace et enthousiasme. Le but ? Faire émerger des solutions nouvelles en répondant à des défis locaux essentiels dans l’énergie, la mobilité, l’éducation, le bien vieillir, la convivialité, la grande précarité, l’économie circulaire, etc.

Lancée en février 2016 sur le territoire emblématique de Romans-sur-Isère, cette dynamique, initiée depuis sur 6 territoires pionniers, a déjà donnée naissance à plus de 100 solutions. Elles créent des dizaines d’emplois locaux, embarquent des centaines de citoyens et touchent des milliers de personnes.

Ce livre retrace l’aventure Start-Up de Territoire vécue sur les 6 territoires pionniers, et donne à chacun les clés d’action pour se lancer ! N’attendez plus, rejoignez-nous !

Les 6 acteurs fondateurs de la dynamique Start-Up de Territoire sont :

1. Pôle Sud (Communauté d’agglomération Valence-Romans).
Une entreprise de territoire, SAS [1] et associations, PTCE [2] avec 1 000 emplois mensuels.

2. Labo des Partenariats (Eurométropole de Strasbourg).
Une association, laboratoire d’innovation au service des solutions locales.

3. Clus’Ter Jura (Lons-le-Saunier).
Une Scic [3], cluster d’innovation territoriale et PTCE.

4. Association Territoire et innovation sociale (Bordeaux Métropole).
Une association, incubateur social et fabrique à initiatives, DLA [4], etc.

5. Figeacteurs (Figeac).
Une coopérative agricole à l’origine d’un PTCE, sur un territoire de 10 000 habitants.

6. Club E6 (Métropole européenne de Lille).
Un club réunissant 250 chefs d’entreprises qui a impulsé la dynamique et a donné naissance à CoFluens, le nouvel outil du cercle cœur Start-Up de Territoire Lille, et à Start-Up Hauts de France, l’association régionale pour essaimer le dispositif en région.

[1] Société par actions simplifiée.
[2] Pôle territorial de coopération économique.
[3] Société d’intérêt collectif.
[4] Dispositif local d’accompagnement.

Retour d’expériences sur Start-Up de Territoire en France.